skip to Main Content
Menu
A La Rencontre Des Habitants

A la rencontre des habitants

On nous a demandé plusieurs fois comment nous rencontrions les habitants, grâce à qui nous réalisons les carnets d’expériences. Du coup, on s’est dit que cela pourrait faire l’objet d’un bel article !

On aurait pu vous expliquer cette rencontre dans l’ordre « qui ? comment ? pourquoi ? », mais ça ne s’est pas déroulé comme ça dans nos têtes. Quand nous montions ce projet de mini-guides de voyage basés sur des récits d’habitants, nous sommes plutôt partis de la question pourquoi, puis comment, et enfin qui rencontrer.

Pourquoi des interviews ?

Nous voulions entrer en contact direct avec les personnes qui participeraient à l’élaboration d’un carnet d’expériences. Déjà pour bien expliquer notre démarche, mieux que par email, et aussi pour que l’échange à deux et le lien créé sur le moment permettent d’approfondir l’évocation d’un lieu, amène à rebondir sur un souvenir… et ainsi participe à la co-construction du contenu du futur carnet.

Sur Lille, nous avons fait le portrait de trois personnes que nous connaissions : Clément, qui a rédigé son propre carnet en jouant l’intervieweur et l’interviewé ; Lucie, notre graphiste, qui s’est prêtée au jeu ; et Audrey, une ancienne collègue de travail de Clément qui lui a accordé un peu de son temps avec son conjoint Charles.

Mais nous avons aussi rencontré d’autres personnes que nous ne connaissions pas du tout avant les entretiens. Grégoire, Benjamin et les coloc’ de Fives, nous les avons rencontrés grâce au web : Grégoire grâce à l’Amicale des Welsh, Benjamin grâce au site des AJOnc, et Patricia de la coloc’ par Couchsurfing.

Comment entrer en contact ?

Nous avons petit à petit rodé notre rituel pour entrer en contact avec des habitants potentiellement contributeurs. A Lille, dans un premier temps nous avons écrit un email à Grégoire, Benjamin et Patricia pour dire qui nous étions, que nous réalisions des mini-guides de voyage basés sur les récits d’habitants et pour leur proposer de nous rencontrer si le projet les intriguait afin d’évoquer ensemble plus en détails ce que faisait Zigzao.

Par la suite, nous nous sommes dit qu’il serait bien d’écrire un texte « FAQ » à destination des potentiels habitants contributeurs pour évoquer certains aspects de notre démarche avant de nous rencontrer. A la fois pour que la personne nous connaisse mieux (nous n’avions pas encore de site web à l’époque !) et pour qu’elle sache ce que nous recherchions comme informations de leur part. Ce texte nous l’avons par la suite envoyé par email avant la rencontre « en vrai » avec Grégoire, Benjamin et Patricia.

Et une fois l’interview calée et le moment de la rencontre venu, les choses se sont faites très simplement. Une fois le projet évoqué et les attentes formulées de notre part, la rencontre basculait à chaque en interview de type convivial, car le projet avait à chaque fois plu et intrigué. Deux rendez-vous ont été parfois nécessaires : un pour se rencontrer, se présenter, instaurer une confiance, et un autre pour réaliser une interview à une date où nous savions que nous avions 2h devant nous (au cas où).

Qui rencontrer ?

A Lille, nous savions seulement que nous ne voulions pas interviewer uniquement des personnes du même profil, proche du nôtre : 25-30 ans,  actif, sans enfant,… Il nous fallait rencontrer des personnes de tous âges, ayant des activités variées (d’où l’idée de contacter des associations comme les AJOnc ou l’Amical des welsh), idéalement de tous horizons sociaux et culturels.

Pour Lille, nous sommes partis de deux carnets, celui de Clément et celui de Lucie, pour définir le genre de personnes qu’il nous fallait essayer de rencontrer histoire de varier : pour les quatre autres carnets, il était clair qu’il nous fallait interroger des personnes plus âgées, peut-être une famille… et trouver des profils qui intrigueraient, qui donneraient envie de découvrir la vision de la ville des personnes et de suivre leurs traces. On a cherché avant tout à valoriser ce qui faisait la spécificité de chaque personne que nous avons rencontré : sa personnalité, une partie de ses goûts, ses adresses… Toujours sans caricaturer.

Nous nous sommes limités à six carnets d’expériences pour Lille : c’est notre destination-pilote, nous avions convenu de ce chiffre avec Lucie pour la réalisation de ceux-ci, et nous nous sommes dits que nous verrions par la suite si nous pouvions en créer plus. Nous avions plein d’autres idées de carnets : celui d’une personne qui travaille de nuit, d’une personne en situation de handicap, d’un couple mixte, d’un(e) artiste,… Des personnes différentes mais qui partagent un attachement à leur ville et qui sortent (c’est mieux pour connaître des lieux). Peut-être pour plus tard ?

Et maintenant, c’est quoi la suite ?

Pour Bordeaux, nous sommes rentrés en contact avec des habitants qui sont pour beaucoup des contacts de contacts. Des amis, de la famille, ou des connaissances nous ont donné les coordonnées de personnes sur Bordeaux et certains nous ont d’ores et déjà validé un rendez-vous. Et nous avons eu aussi la chance qu’Anastasia, une thésarde lilloise, vienne voir notre présentation lors du Festival des Voyageurs Alternatifs : elle nous a écrit le lendemain pour nous donner quelques contacts sur Bordeaux (merci à elle !).

Hormis ces contacts de contacts, Camille scrute aussi blogs et sites web, à la recherche d’autres pistes pour rencontrer d’autres habitants. Plusieurs rencontres sont déjà prévues à Bordeaux, à voir par la suite quels carnets pourront être rédigés à partir des interviews réalisées. On part encore sur une série de six carnets pour l’instant, cela représente quand même en tout plus de 120 adresses : une bonne base pour les voyageurs curieux désireux de découvrir plein de lieux différents, un peu « pépite ».

Par la suite, l’idée serait peut-être de réaliser dans chaque ville autant de carnets que d’habitants volontaires pour être interviewés : des personnes aux profils variés, à la vie trépidante, à la personnalité attachante, aux passions originales, aux loisirs fous… Tout est permis ! Après Bordeaux, on peut à la fois imaginer une nouvelle destination avec une nouvelle série de carnets, mais aussi un carnet d’habitant par-ci par-là de plusieurs villes différentes…

Cela dépendra de vous, de ce que vous nous proposerez en fonction de ce que l’on vient de vous présenter ! Alors si vous vous sentez l’âme d’un zig et que vous souhaitez nous proposer de réaliser un carnet qui illustrerait votre vision et vécu de la ville, n’hésitez pas à nous écrire en nous parlant un peu de vos centres d’intérêt et de l’originalité de l’angle par lequel vous souhaiteriez décrire votre quotidien dans votre ville : au plaisir de vous lire !

 

 

Camille

Co-fondatrice de Zigzao, exploratrice curieuse et voyageuse, multi-potentiel et non spécialiste, passionée par l'éducation populaire, le pouvoir d'agir et les alternatives locales, Camille aime faire plein de choses différentes souvent en même temps, partir à la découverte de lieux conviviaux et/ou engagés, rencontrer des personnes qui se bougent pour faire bouger, et parler de transition, de futur et de tourisme durables et doux.

Cet article comporte 3 commentaires
  1. Je viens de découvrir votre existence par la VDN de ce jour …. Amoureuse de Lille depuis plus de 30 ans, retraitée mais toujours aussi curieuse de nouveautés, de bons trucs, je vais commander tous vos carnets pour les partager avec mes amis… et peut-être enrichir ma connaissance de Lille A bientôt

    1. Bonjour Marie Annick, et merci de votre gentil commentaire.

      Je suis sûr que nos carnets d’expériences vont vous plaire !
      Pour ce qui est d’enrichir votre connaissance de Lille, je l’espère, et j’ai hâte de le savoir ! 🙂

  2. […] En créant Zigzao et les carnets d’expériences, nous avons voulu proposer des supports pour une autre forme de tourisme que celui de masse : un tourisme alternatif, doux et durable. On vous a déjà parlé de tourisme durable sur ce blog, de voyage hors des sentiers battus, où l’on prend son temps et où on cherche à être plus respectueux de l’environnement local. Ce qui nous paraît essentiel dans le voyage ce sont les expériences, ce que l’on vit quand on décide de (re)découvrir une ville en connectant avec sa vie interne, en poussant la porte des lieux qui la composent, en rencontrant des gens qui y habitent… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top