skip to Main Content
Menu
« On Coupe Des Arbres Pour Faire Des Livres » : Imprimer Un Livre Papier, C’est Durable Ou Pas ?

« On coupe des arbres pour faire des livres » : imprimer un livre papier, c’est durable ou pas ?

Récemment, au cours d’une conférence (à 1h07), on m’a fait une réflexion à laquelle je ne m’attendais pas :

« Faire des livres en papier, ce n’est pas très durable ! Il faut vite arrêter de couper des arbres alors qu’ils sont le poumon de notre planète et passer au numérique. »

L’idée de mon interlocuteur était d’opposer le papier à l’application numérique, qui, ne nécessitant pas la coupe d’arbres serait moins impactante pour l’environnement, selon lui.

Bien entendu, j’étais un peu surpris, d’autant que le développement durable est un enjeu important pour nous. Cependant, je n’avais jamais poussé la réflexion au-delà de ça. C’était l’occasion de mener un peu l’enquête sur le sujet, et je vous propose de découvrir avec moi la chaîne du papier…

« Pour faire du papier, il faut couper des arbres »

Au départ, moi aussi j’avais cette idée reçue en tête : pour faire du papier, on doit couper des arbres. Eh bien, rassurez-vous… c’est complètement faux.

Attention, on va parler chiffres ! Le papier produit en France, qui représente 94 % du papier utilisé en France (les 6 % restants étant importés des pays voisins, Belgique, Allemagne et Italie), est composé à 64 % de papiers et de cartons recyclés, et à 36 % de bois. Donc, déjà, le papier est principalement composé… de papier ! Pour information, le papier journal est composé à 80 % de papier.

Concernant le bois utilisé dans la production, 74 % provient de coupes d’éclaircies des forêts et le reste des résidus de scierie (sciure, chutes de bois etc.). Une coupe d’éclaircie qu’est-ce que c’est ? C’est tout simplement le nettoyage qu’il faut faire dans une forêt pour favoriser le développement de beaux arbres, grands et nobles en coupant les rejets plus petits, les branches touffues et tordues.

Pour faire des maisons ou des meubles, il faut du « beau » bois, de belles planches… Ce n’est pas le cas de l’industrie papetière, qui se contente des résidus !

En résumé, l’industrie papetière française permet l’utilisation de volumes importants de bois de « mauvaise » qualité (7 millions de tonnes par an), qui, sinon, ne seraient pas utilisés.

« Il faut arrêter la déforestation en France »

Encore une idée reçue… En France, la déforestation a été un problème… jusqu’au XIXe siècle… Aujourd’hui la forêt française occupe la même superficie qu’à la fin du Moyen Âge (15,5 millions d’hectare, 28 % du territoire).

Depuis 150 ans, la forêt française a doublé de taille… et chaque année, l’accroissement naturel de la forêt est supérieur aux prélèvements de bois : bref, la taille de la forêt française augmente

C’est d’ailleurs le cas dans l’ensemble de l’Europe, même s’il y a des disparités importantes : les villes et leurs alentours connaissent évidemment plus de déforestation que d’autres zones.

Pour la petite histoire, quelques mots sur la « vraie » déforestation : ce phénomène touche principalement le Brésil (la forêt amazonienne bien sûr), le Paraguay, l’Indonésie, le Canada (Colombie-Britanique) et la Russie (Sibérie).

C’est un phénomène qui est bien entendu grave et très préoccupant, mais ce n’est que rarement l’exploitation du bois qui est en cause (seulement 20 % des cas). La déforestation est bien souvent liée au développement de l’agriculture, à l’élevage, ou à l’activité minière et pétrolifère.

Le bois est une ressource renouvelable, son exploitation raisonnée ne nuit pas à l’environnement

Quoiqu’il en soit, les amateurs de romans, de journaux ou de guides de voyage peuvent dormir sur leurs deux oreilles : le bois est une ressource renouvelable, et le papier est la matière qui se recycle le mieux en France. Il n’y a donc rien de problématique à continuer à utiliser du papier… Du moment, bien sûr, qu’on le trie correctement quand on le jette, que le papier est issu de forêts gérées durablement (logo FSC notamment), et qu’il est, de préférence, produit en France.

De notre côté, nous imprimons de manière raisonnée (sur le principe de l’économie de la fonctionnalité, mais c’est un autre sujet), sur du papier 100 % recyclé (sans utilisation de bois donc) Cyclus Offset, produit en France par Arjowiggins Graphic, à partir de forêts gérées durablement (FSC).

Clément Dejean

Co-fondateur de Zigzao, aventurier curieux et voyageur, techno-optimiste, twitto-sceptique, scanneur et slasheur, mais aussi professionnel du tourisme, Clément aime collectionner les casquettes et parler de tourisme, de voyage et de découvertes, surtout si c'est innovant, alternatif, doux et durable :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top